La Route de la Conquête

Lorsqu’il s’agit de parler d’un coup de cœur, la démarche est assez simple, il suffit presque de se laisser porter. En revanche, il est plus compliqué de devoir choisir de quel coup de cœur parler. Après quelques atermoiements, j’ai finalement décidé d’évoquer ici l’oeuvre de Lionel Davoust, et plus particulièrement « La Route de la Conquête ».

DSC_0051

Lionel Davoust, depuis plus de quinze ans, développe l’Univers Fantasy d’Evanégyre, au travers de romans se déroulant à diverses époques, autour du pivot historique de l’Empire d’Asreth, qui par tous les moyens à sa disposition, tant diplomatiques que militaires, ambitionne d’assimiler l’intégralité du Monde Connu sous sa bannière; quitte à écraser une résistance trop solide sous le poids de ses soldats mécanisés et de ses canons.

« La Route de la Conquête » se présente sous la forme d’un recueil de nouvelles, nous racontant chacune un aspect de cette conquête sans fin, des points de vue de tous ceux qui la vivent, la subissent ou la font subir; avant, pendant ou après, toujours à leurs échelles respectives.

Et c’est ce point précis qui motive aujourd’hui mon coup de cœur absolu pour l’auteur fabuleux qu’est Lionel Davoust. En seulement six nouvelles, parfois très courtes, il parvient à saisir des histoires rares et puissantes, dans des fresques d’une précision et d’un souffle uniques. Les personnages sont concrets, ne semblent jamais littéraux, mais bien organiques, ils vivent; et surtout ils vivent leurs histoires. Aucun jugement extérieur n’est jamais porté, nous ne voyons et ne comprenons que ce que les personnages eux même appréhendent et intériorisent, rajoutant une couche d’interprétation, et de réflexions à des histoires déjà riches de questionnements et de découvertes.

Car toutes ces nouvelles sont interconnectées, certaines d’entre elles rajoutant d’infimes détails à une histoire passée ou à venir (parfois au delà du recueil lui même!), traçant un gigantesque croquis d’une époque inconnue et révolue, mais dont on se fait tout de même quelques jolis souvenirs. On découvre des pans entiers de Cultures qu’on ne connaîtra jamais, dont on porte le deuil, presque avec le regret de n’avoir rien pu faire d’autre que d’assister à leurs essors ou leurs déclins au travers des mots de l’Auteur.

Et de ces interconnexions naît une quasi-complicité, on discerne des clins d’œil ça et là, on se félicite d’avoir repéré le petit détail caché, la petite référence à un autre roman de l’Univers d’Evanégyre, qui nous donne envie d’y revenir, et de découvrir plus, pour en connaître plus et se faire une mosaïque mentale toujours plus complète de ce que Lionel Davoust a su construire avec une passion toujours plus contagieuse, avec des histoires riches, variées, mais surtout, captivantes et émouvantes.

Merci pour votre lecture,

La Paix d’Asreth pour la Protection du Monde.

La Route de la Conquête, Lionel Davoust, Editions CRITIC |19 euros

 

Benjamin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s