Qui est prêt à signer le compromis?…

compromis

 

Ne me dites pas « Oh non, pas du théâtre ! »…
Pourquoi le théâtre serait-il un genre (comme la poésie, on y revient…) qui tendrait à n’être que « scolaire » ?…
Le théâtre, messieurs dames, c’est beaucoup de dialogues. Et le dialogue, voyez dans les romans, tout le monde adore ça ! Ça fuse, ça percute, ça fait « vrai ». Le dialogue, c’est des personnages en action, qui parlent. C’est nous tous, en quelques sorte.
Alors foncez, lisez et relisez du théâtre !

Philippe Claudel, auteur prolifique (romans, nouvelles, théâtre, poésie), connu notamment pour ses romans qui découpent au scalpel avec une écriture juste et belle l’âme humaine, ose de nouveau le théâtre. Et c’est par bonheur que j’y adhère…

COMPROMIS. Le titre est alléchant n’est-ce pas ? Et pourquoi ?
Parce que le compromis signifie un arrangement, une convention, à laquelle on adhère après des tensions, des divergences, des idées ou besoins différents.
Et la tension, au théâtre… je dis oui !

Ne faisons-nous pas tous dans la vie des compromis ?
On nous dit par-ci : « dans un couple, tu sais, il faut faire des compromis… »
et par-là : « c’est aussi ça être amis, savoir faire des compromis… »
Des compromis : des concessions, des acceptations de l’autre, même si l’on n’est pas d’accord avec.

Dans cette pièce de théâtre, « compromis » prend deux sens.

Denis, trentenaire et comédien raté, doit vendre son appartement.
Pour cela, il a rendez-vous avec Monsieur Duval pour signer le fameux compromis de vente.
Martin, trentenaire et dramaturge raté, est l’ami de Denis. Denis a besoin de lui, pour être présent lors de la signature du compromis, car selon lui Martin est une personne « rassurante ».
Or il s’avère que l’appartement n’est pas aux normes, que les murs sont plein d’amiante, que la vente est, si ce n’est illégale, traîtresse, puisque Denis ne respecte pas les normes sanitaires et ment à son prochain client…

Martin se trouve face à un choix, et Monsieur Duval va arriver d’un moment à l’autre.
Martin doit-il mentir pour soutenir lui aussi son ami ?
Est-ce que ne rien dire, faire semblant que, c’est aussi mentir ?…
Pour le convaincre d’être de son côté, Denis dit à Martin que Duval est un monstre : il dirige un laboratoire pour des expériences pas très catholiques, notamment en matière d’armement et de tests sur enfants…
Martin s’indigne contre cette ordure de Monsieur Duval, les amis reprennent leur discussion…

Dès le début, on sent la tension, les sous-entendus ironiques sous les phrases complaisantes…

Ces deux amis là s’aiment, mais se critiquent mutuellement, se jalousent. Entre sincérité et mensonge, le vrai est difficile à cerner… Chacun joue un rôle et tente de manipuler l’autre.
Quand Duval débarque, l’ironie devient scène de théâtre dans l’appartement… On ne sait plus qui joue, qui trahit… La situation est de plus en plus loufoque, de plus en plus oppressante et presque angoissante dans ce huis clos…
On rit, on suffoque, on attend que tombent les masques et le rideau pour comprendre.

L’amitié est faite de compromis… mais jusqu’où est-on capable de jouer un jeu ? Jusqu’où peut-on se compromettre ?

A lire absolument : du rire, une intrigue grandissante, une critique sociale… un remède contre la morosité !

Compromis, Philippe Claudel, Stock théâtre, janvier 2019.

Justine M

Publicités

Diabolo Fraise, Sabrina Bensalah : une pépite…aussi lumineuse et réjouissante que les premiers éclats du printemps.

DIABOLO FRAISE

« Elles sont quatre sœurs âgées de 11 à 18 ans. »:

Antonia, Marieke, Jolène et Judy.

[…] « Ces quatre sœurs vous feront voir la vie en Diabolo fraise ! »

Vous cherchez quelque chose de léger et de pétillant:  le titre ne vous prendra pas en traître !

Habituellement, ce n’est pas du tout le genre de livre que je lis, la couverture rose bonbon, les histoires de jeunes filles qui courent après les garçons…: non merci. Je sentais le stéréotype à plein nez, à tort bien évidemment.

Malgré toute cette réticence injustifiée, ses couleurs sucrées à la fois attirantes et repoussantes ne cessaient de me faire de l’œil. Alors j’ai lu une page, puis deux, puis trois…et enfin j’ai dévoré avec plaisir cette tendre histoire qui s’articule autour de quatre sœurs, attachantes, drôles et surtout incontrôlables.

Diabolo fraise…ça raconte quoi au juste ?

Lire la suite

« Dix petits nègres s’en furent dîner… » Et si on lisait une belle réécriture des Dix petits nègres ?

 

54799324_438917246857023_8765164597637283840_n
1 manoir sur une ile
3 adultes
7 adolescents
10 coupables
1 vengeance

Coupés du monde, sans moyen de communication, les candidats vont devoir s’affronter en « prime time » sur une chaine nationale. Ils ne le savent pas encore mais le jeu a déjà commencé… et il n’y aura pas de gagnants.

 

« Moi, lui, Elle. Nous sommes tous des monstres, même toi, Tyron … des montres. Et nous allons mourir, pour expier. Tous mourir. Moi, lui, Elle. Même toi, Tyron. Mourir. Des monstres. »

Une fois n’est pas coutume, je vous présente aujourd’hui un roman policier/thriller. Lire la suite

Bakhita: l’esclave devenue sainte

sdrLa fille sans nom

Elle sera Bakhita, « la chanceuse », Abda « l’esclave », mais aussi Sorellina Moretta « la petite sœur » ou Mimmina avant de devenir pour la postérité Madre Giuseppina Bakhita.

Véronique Olmi nous restitue le destin extraordinaire d’une femme africaine qui nait au Darfour en 1869, meurt en Italie en 1947 puis est déclarée sainte par le pape Jean-Paul II en 2000. Lire la suite

Journée mondiale du conte

A l’occasion de la journée mondiale du conte, je souhaitais vous présenter une petite sélection de livres de contes d’ici et d’ailleurs.

Légendes d’Alsace d’Auguste Stoeber

Résultat de recherche d'images pour "légendes d'alsace auguste stoeber"

« Refonte en format poche de Légendes d’Alsace (ISBN 9782737348501). Auguste Stoeber (1808-1884) est, de longue date, reconnu comme le plus grand folkloriste alsacien. Ses Légendes et traditions orales d’Alsace, parues dès 1852, font de lui non seulement un pionnier mais un maître en la matière. « Après Stoeber, disent les Alsaciens qui connaissent les légendes de leur pays, il n’y a qu’à tirer l’échelle », constatait le préfacier de la première édition en français de sa collecte.

Pourtant son oeuvre est restée longtemps introuvable. C’est ce trésor qui est présenté ici : pour la première fois, le lecteur trouvera une édition aisément accessible de légendes, de traditions et de contes recueillis en Alsace dans toute leur richesse et leur fraîcheur. La plus belle collecte de légendes et de contes d’Alsace : un chef-d’oeuvre enfin rendu accessible à tous. »

Légendes d’Alsace – Auguste Stoeber – Ed. Ouest-France – 2016 – 9€90

 

Comment le lièvre eut la lèvre fendue et autres contes tibétains de William Frederick O’Connor

Résultat de recherche d'images pour "comment le lièvre et la lèvre fendue et autres contes tibétains"

« William Frederick O’Connor (1870-1943) était interprète lors de l’expédition britannique Younghusband à Lhassa de 1903 à 1904. Il mit à profit ces deux années pour recueillir un grand nombre d’histoires populaires et participa ainsi à la diffusion en Occident de la culture tibétaine.

«Au cours de mes errances, j’ai découvert que ce peuple fascinant et si peu connu possédait un riche répertoire de contes traditionnels, inaccessible au reste du monde, et je me suis donc efforcé de recueillir autant d’histoires que possible. Chefs de village, moines, domestiques, membres des gouvernements locaux, paysans, commerçants – ceux-là et beaucoup d’autres ont contribué à mon recueil. Timidement et de façon hésitante d’abord, avec beaucoup d’excuses et de précautions, le conteur se livrait. Mais le public tibétain est l’un des meilleurs que l’on puisse imaginer, sa gentillesse et son intérêt évidents brisent rapidement la glace, et laissent libre cours à la parole. Je dois dire à ma décharge que je n’ai en aucun cas tenté de les embellir ni de les améliorer. Je les ai écrites telles que l’on me les a racontées, aussi fidèlement que j’ai pu. » »

Comment le lièvre eut la lèvre fendue et autres contes tibétains – William Frederick O’Connor – Ed. Picquier poche – 2017 – 8€

 

La mythologie viking : Odin, Thor, Loki et autres contes de Neil Gaiman

Résultat de recherche d'images pour "la mythologie viking neil gaiman"

« La légende raconte qu’il existerait neuf mondes, reliés par Yggdrasil, le frêne puissant et parfait. C’est là par le théâtre des aventures d’Odin, le plus grand et ancien dieu, Père de tout ; de son fils ainé Thor, fort et tumultueux, armé de Mjollnir, son légendaire marteau ; et de Loki, séduisant, rusé et manipulateur inégalable. Dieux trop humains, parfois sages, souvent impétueux, quelquefois tricheurs, ils guerroient, se défient et se trahissent. Jusqu’à Ragnarok, la fin de toutes choses.

Voici leur histoire, rapportée par Neil Gaiman, le plus grand des conteurs. »

La mythologie viking : Odin, Thor, Loki et autres contes – Neil Gaiman – Ed. Pocket – 2018 – 7€50

L’œil du serpent contes folkloriques japonais

Résultat de recherche d'images pour "l'oeil du serpent contes folkloriques japonais"

« Il était une fois un serpent qui prit l’apparence d’une belle femme pour s’unir secrètement à un homme… Il était une fois une femme qui enfanta un serpent… Il était une fois une ravissante jeune fille qui s’éprit d’un serpent jusqu’à se métamorphoser en reptile… Merveilleux et étranges, ces contes nous entraînent au cœur de la mythologie japonaise peuplée de créatures fantastiques et de paysans naïfs. »

L’œil du serpent contes folkloriques japonais – Ed. Gallimard – Coll. Folio 2€ – 2010

 

Pourquoi l’eau de mer est salée et autres contes de Corée

Résultat de recherche d'images pour "pourquoi l'eau de la mer est salée et autres contes de coree"

« Vous aimeriez savoir comment vous y prendre si vous libériez par inadvertance un démon embouteillé et vindicatif? Ce que vous pourriez tirer d’un étrange éventail qui fait s’allonger le nez de celui qui l’utilise? Vous brûlez de savoir pourquoi les rainettes coassent, et surtout pourquoi l’eau de mer est salée?

Ce livre est fait pour vous.

Découvrez l’humour facétieux et la légèreté enchanteresse des fabulistes de Corée. »

Pourquoi l’eau de mer est salée et autres contes de Corée – Ed. Gallimard – Coll. Folio 2€ – 2015

 

Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim

Résultat de recherche d'images pour "psychanalyse des contes de fées bettelheim pdf"

« Les contes de fées ne traumatisent pas leurs jeunes lecteurs, ils répondent de façon précise et irréfutable à leurs angoisses, les informant des épreuves à venir et des efforts à accomplir.

Tel est le postulat de ce livre majeur où Bruno Bettelheim nous éclaire sur la fonction thérapeutique des contes pour enfants et adolescents. Grâce à cet ouvrage, illustré d’exemples tirés d’un patrimoine sans âge, des Mille et Une Nuits aux frères Grimm, de Cendrillon à Blanche-Neige et à la Belle au bois dormant, nous n’avons plus le même regard sur ces contes de fées qui offrent aux enfants une chance de mieux se comprendre au sein du monde complexe qu’ils vont devoir affronter. »

Psychanalyse des contes de fées – Bruno Bettelheim – Ed. Pocket – 1999 – 9€40

 

Le verger des Hespérides :

Pour finir, je souhaitais vous présenter non pas un livre mais un éditeur dont je trouve le travail particulièrement intéressant : Le verger des Hespérides.

Pour ce qui concerne les contes, cette maison d’édition propose deux collections :

-la collection patrimoine oral

« Cette collection, tout public, se targue d’être le reflet contemporain des contes de la tradition orale de la nuit des temps. Il s’agit de contes vivants dans leur version d’aujourd’hui, recueillis soit directement au sein des familles dans les pays concernés, soit par l’intermédiaire d’associations s’intéressant aux migrants nouvellement installés en France. »

patrimoine oral

-la collection contes cd bilingues

« Il s’agit d’ouvrages destinés aux plus jeunes, se présentant, dans la mesure du possible, en version bilingue et reprenant l’histoire écrite habillée d’éléments sonores. Une chanson originale sépare la version française de la version en langue étrangère correspondant à la tradition orale d’où est originaire le conte présenté. »

cd audio bilingue.PNG

J’espère que cette sélection vous a plu et que vous aurez la curiosité de découvrir certains des titres présentés.

Marianne.

 

 

 

 

Comment tout peut s’effondrer

Image1

Hausse des gaz à effet de serre, épuisement des énergies fossiles, déclin rapide de la biodiversité, poursuite croissante de la déforestation : notre planète est à bout de souffle.

Les signaux du réchauffement climatique se multiplient et se font ressentir. La France n’y échappe pas avec l’érosion des côtes, les inondations à répétition, les pics de pollution, les périodes de sécheresse… Et pourtant nous continuons à ignorer les causes de ce réchauffement, ou du moins à ne pas agir à hauteur de l’urgence de la situation. Parce qu’il est temps de sortir du déni et de passer à l’action, voici un livre pour mieux comprendre et ouvrir les yeux sur ce qui nous attend de manière inévitable : l’effondrement !

Pablo Servigne, ingénieur agronome et docteur en biologie, et Raphaël Stevens, éco-conseiller, sont spécialistes des questions d’effondrement, de transition et de résilience des systèmes socioécologiques. Ils ont publié un livre en 2015 intitulé Comment tout peut s’effondrer : petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, aux éditions du Seuil. La collapsologie, c’est la science de l’effondrement de la civilisation industrielle dans laquelle nous vivons. C’est aussi une réflexion sur un après possible et les transformations à opérer.

Lire la suite

Le cycle de Syffe, Tome 1, Patrick K. Dewdney

Depuis le temps que L’enfant de poussière m’appelait, que je le regardais, que je l’attrapais pour lire le résumé pour le feuilleter, je me suis enfin décidée de sauter à pieds joints dans ce magnifique roman de fantasy de seulement 619 pages il y a environ une semaine. Je dis sauter à pieds joints car malgré le résumé et les avis présentés en quatrième de couverture, je ne savais pas à quoi m’attendre. Je peux vous dire que je n’ai absolument pas été déçue et que je n’ai maintenant qu’une hâte : dévorer le tome 2 sans attendre !

IMG_20190306_114222_104

L’histoire

Syffe est un orphelin de huit ans et vit en compagnie de Cardou, Merle et Brindille dont il est amoureux à la ferme Tarron à l’extérieur de la ville de Corne-Brune. Pour survivre, il offre ses services sur le port contre une piécette avec laquelle il espère pouvoir se payer à manger. Au tout début du roman, il semble heureux, malgré les difficultés de la vie qu’il est obligé de mener. Pourtant, la jalousie va venir s’immiscer entre lui et ses amis ce qui bousculera sa vie à jamais. Syffe, par amour pour Brindille qu’il voit se rapprocher dangereusement de Cardou, commence à voler pour plaire à l’élue de son cœur sans se préoccuper des conséquences de ses actes jusqu’à ce que la justice lui tombe dessus par l’intermédiaire du personnage de Hesse, première-lame du primat de Corne-Brune.

A partir de cet instant, où Syffe croit qu’il va mourir tant la mauvaise réputation de Hesse est connue, les événements s’enchaînent et j’ai suivi les aventures de ce jeune orphelin au rythme effréné dont il mène sa vie : espion, apprenti-chirurgien, sorcier et meurtrier pour certains puis enfant-soldat, jamais Syffe ne semble avoir de répit et est souvent forcé de fuir.

Un roman épique

Au fur et à mesure, L’enfant de poussière devient quasiment un roman épique d’une extrême intensité dans un monde changeant et on oublie souvent que Syffe n’est encore qu’un enfant même si plusieurs années s’écoulent au fil des pages.

« Pris dans le tourbillon des semaines rouges, et même avant, j’avais eu l’impression de sombrer. Il s’agissait en fait de l’inverse. Une montée, un crescendo grinçant, la pénible maturation d’une blessure suppurante, amorcée depuis le premier jour lorsque j’avais endossé les mailles d’un homme mort. (…) Et c’est alors qu’un soir, de manière inattendue, tout cela culmina en un pic de folie, et que l’abcès finit par éclater. » (p.393)

« Un grand cri monta de nos rangs, je me surpris à hurler moi aussi, puis la réponse vint de la ligne devant nous. Je ne la voyais pas, je ne voyais rien, j’entendais seulement, mille voix tonitruantes, qui crachaient sur nous leur haine et leur frayeur. J’eus le temps de me demander brièvement ce que je foutais là, puis nous percutâmes le front collinnais avec fracas. D’autres hurlements moins glorieux suivirent juste après. Près de moi, le mercenaire aux joues fendues sanglotait doucement. Ses braies fumaient, parce qu’il s’était fait dessus. Comme beaucoup ici, c’était son premier combat. Je reniflai, arc-bouté contre le dos du vougier de Vaux enragé qui beuglait des insultes à tue-tête. » (p.545)

Un roman sur la tolérance

Lorsque Syffe devient enfant-soldat, son monde est en train de changer en profondeur et la paix fragile durant laquelle il est né est en train de s’effondrer. La colère monte dans les rues de Corne-Brune et d’ailleurs, les familles de la Haute dénonce les « teintés », ceux des clans, et ont toujours voué une haine aux homosexuels. En grandissant, Syffe, lui-même teinté, découvrira le racisme mais apprendra aussi à respecter la liberté de chacun.

« ‘A Carme’, me dit-il sur le ton de la discussion, ‘les phalangistes ont le devoir d’aimer d’autres hommes. Leurs généraux pensent qu’un soldat se battra plus férocement pour défendre celui qu’il aime. Là-bas, les femmes sont des matrices et rien de plus. Nous, nous pensons que chacun devrait être libre de ses préférences.’ J’ai pris à cœur ces paroles et, lorsque la bizarrerie initiale m’eut quitté, je les méditai souvent pour leur justesse. » (p.499)

Foncez !

L’enfant de poussière est un roman à lire absolument pour la force de l’écriture et de l’histoire qui entraîne jusqu’à la dernière page. Il a été récompensé par le prix Julia Verlanger 2018 et la Pépite Roman 2018 au Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis. Patrick K. Dewdney met en place un monde complexe peuplé de personnages attachants ou détestables, mystérieux aussi. Syffe fait naturellement partie des personnages attachants : parfois naïf et d’autres fois mature, encore enfant mais pourtant déjà adulte, qui prend son destin à pleine main pour rester vivant quoi qu’il arrive.

Alors n’hésitez plus, courrez chez votre libraire pour cette belle découverte ! Et si vous souhaitez rencontrer Patrick K. Dewdney, il sera aux Imaginales du 23 au 26 mai prochain à Epinal (88).

Jade

L’enfant de poussière, Patrick K. Dewdney, Au diable vauvert, mai 2018, ISBN 9791030701210, 23€, 619 pages – tome 1 de la saga de fantasy historique Le cycle de Syffe

La peste et la vigne, Patrick K. Dewdney, Au diable vauvert, septembre 2018, ISBN 9791030702125, 23€, 598 pages – tome 2 de la saga de fantasy historique Le cycle de Syffe

Petit mot de la fin : Au moment où j’ai rédigé cet article, je n’avais pas encore commencé le tome 2. Aujourd’hui, c’est chose faite et même si je ne l’ai pas encore terminé, je peux vous dire que la suite des aventures de Syffe m’a conquise dès les premières pages, toujours aussi prenantes et pleines de suspense.

IMG_20190315_100809_76

 

Coups de cœurs.

L’exercice de la chronique littéraire est une danse délicate. Entre trop en dire ou pas assez, pour créer l’envie et la curiosité sans dévoiler ce qui nous a -précisément – donné l’envie de partager ; il n’est que trop aisé de se prendre les pieds dans le tapis.

Depuis que nous avons commencé à partager nos coups de cœurs respectifs sur ce blog, ce qui a été le plus difficile pour moi, ça a toujours été le choix, pas la rédaction. Décider de quel ouvrage parler, à chaque fois a été pour moi une tâche ardue, qui tenait du dilemme. De qui, de quoi parler, et pourquoi ? Combien d’auteurs et d’ouvrages sont chers à mon cœur, et pour combien de raisons ?

Non pas qu’il fût aisé non plus d’en parler, parfois tellement de choses à dire, et autant à taire, parfois la frustration de ne pas pouvoir partager des sentiments moins positifs envers des ouvrages qui font l’unanimité sans soi… Ou même l’envie de parler de ce qu’on aime sans avoir le moindre mot à dire, juste un sentiment diffus mais profond d’amour, inconditionnel, juste l’envie de poser une couverture, une image, un titre, et de laisser les gens vous faire confiance, sans prescription.

Parce que l’amour, même littéraire, c’est comme une blague. Si on doit l’expliquer, ça perd un peu de sa puissance.

Alors aujourd’hui, je n’avais pas envie de vous partager un coup de cœur. Aujourd’hui, ce n’est pas une pirouette malhabile pour esquiver mon tour de rédaction sur ce blog – j’ai d’ailleurs un mal fous à rédiger cette chronique de façon satisfaisante.
Non, aujourd’hui, c’est juste ma façon à moi, personnelle, de crier, à l’écrit, encore une fois, différemment, mon amour pour les livres.

Lire la suite

Le 20ème printemps des poètes

« La beauté est une rencontre » François cheng

Le printemps des poètes fête cette année sa 20ème bougie avec comme thématique ; la beauté, celle qui nous émeu et qui nous vient du cœur. Mais surtout celle qui traverse le temps et les mots! Car oui la poésie est éternelle. La poésie nous permet d’entrevoir le monde sous le prisme de l’allégorie, de la métaphore, de la rime, de l’image ou de l’harmonie, la poésie est et sera toujours sur notre chemin si nous tendons les yeux et levons l’oreille suffisamment longtemps: le temps d’un instant. Alors contemplons la beauté cette année du 9 au 25 mars !

La poésie ça se vit, La poévie ça se dit

L’édition 2019 marrainé par Rachida Brakni proposera une programmation exceptionnelle destinée au plus grand nombre, elle permettra encore une fois de faire découvrir la poésie et de la vivre. Les évènements sont consultables ici : https://www.printempsdespoetes.com/L-Agenda


J’ai servi la beauté. Qu’y a-t-il de plus vaste au monde ? Sappho de Mytilène

Dans cet article vous retrouverez une présentation de 4 œuvres choisies poétiquement par Anne et Kévin avec notamment Christian Bobin, Emanuel Campo, Cécile Coulon et Dominique Meens. Bonnes découvertes.

Faut bien manger – Emanuel Campo

Tout a commencé comme ceci ; je marchais dans la rue noire de monde, j’avais faim.Tout naturellement je me suis précipité dans une librairie, oui, car il est d’usage que l’on nourrisse son âme d’abord, puis son corps… Mais, dés lors que l’on pense trop « matériel », un seul remède se présente; pouvoir lier les deux bouts. Alors j’ai choisi un recueil ( « Faut bien manger ») dans un élan de gourmandise, de désir de rire et de curiosité. La boucherie littéraire est décidément une maison d’édition spéciale; avec une ligne éditoriale atypique, crue et drôle, un vrai petit plaisir littéraire.

Dans ce recueil j’ai trouvé une véritable poésie du quotidien, à base d’humour, de répétitions volontaires, de mots qu’on ose, de mots qu’on dévore.

On mentionnera les thèmes du travail avec les métiers, les afterworks, l’industrie, la cantine, mais aussi le spectacle; la mise en scène, les metteurs en scènes ou bien le tournage que l’auteur puise dans sa réalité.

En somme un recueil bien ficelé à déguster en riant.

PASSION

Je savais pas que t'écrivais.
"Il m'arrive aussi de faire des pâtes."
C'est dingue.
"A la sauce tomate."
Et t'arrives à en vivre ?
"Seulement si la cuisson ne dépasse pas neuf minutes."
Ça alors. Moi j'écrivais à la fac, je n’arrêtais pas.
Mais après tu sais comment c'est l'orientation tout ça.
C'est génial de pouvoir vivre sa passion.
"Faut bien manger"

Emanuel Campo ?

Résultat de recherche d'images pour "emanuel campo  faut bien manger"

Apprécions la biographie proposée par la maison d’édition ; « Un jour en 1983 Emanuel Campo pèse 2,9 kg et mesure 49 cm, il commence à boire beaucoup avant de petit à petit se mettre à manger. C’est lorsqu’il atteint 1m20 qu’il s’installe à Dijon. 63 cm plus tard il débute son parcours artistique, théâtre musique et poésie. Aujourd’hui il vit à Lyon à environ 22m de hauteur. Auteur et interprète il écrit dit et joue. Il donne des concerts avec le groupe Papierbruit, crée des spectacles au sein de la compagnie Étrange Playground, collabore avec plusieurs compagnies de spectacles vivants et lit volontiers ses poèmes en public lors de festivals ou d’évènements. Il mesure toujours un mètre 83 alors que son poids, lui, a augmenté.

11 euros, ISBN ; 9791096861149, 58 pages, tiré en 1000 exemplaires.

NOIRECLAIRe – CHRISTIAN BOBIN

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est avt_christian-bobin_7395.jpg

«Ce qui s’enfuit du monde c’est la poésie. La poésie n’est pas un genre littéraire, elle est l’expérience spirituelle de la vie, la plus haute densité de précision, l’intuition aveuglante que la vie la plus frêle est une vie sans fin.»

Ce poème de Christian Bobin fait partie de son recueil «Carnet du soleil» , publié aux éditions Lettres Vives en 2011 et composant la première partie de l’ouvrage Noireclaire publié en folio en 2018. Il y rend hommage à la femme qu’il aime (Ghislaine), morte à 44 ans d’une rupture d’anévrisme.

L’auteur est présenté de la manière suivante dans l’édition précédemment citée : «Christian Bobin est né en 1951 au Creusot. Il est l’auteur d’ouvrages dont les titres s’éclairent comme les fragments d’un même puzzle. Entre autres : Souveraineté du vide, le très-Bas, La part manquante, La plus que vive, La Présence pure, L’homme-joie, La grande vie, Noireclaire et Un bruit de balançoire. Il a reçu le prix d’Académie 2016 pour l’ensemble de son œuvre.»

Ses textes sont de formes brèves, parfois juste une question :

«Chers oiseaux, combien payez-vous de loyer ?»

quelques phrases formant un paragraphe :

«Un train dont tous les compartiments sont éclairés fonce dans la nuit. Nos morts y sont assis, lisant, rêvant, parlant. De toi je n’ai gardé qu’une petite tasse à café. C’est une porcelaine cerclée d’étain. Les fleurs naïves peintes sur son tour supérieur-des roses et des primevères- dansent en rond comme des petites filles. Cette tasse est ébréchée. Je l’utilise parfois comme coquetier. La regarder ralentit le train et même l’arrête en rase campagne.»

allant jusqu’à occuper plusieurs pages :

«Je sens mon visage s’éclairer comme si le livre sur lequel je me penche était une bougie.

Les arbres sont des aveugles errant dans la lumière, bras lancés au hasard.

Arbre, moineau ou chinois, dès que quelqu’un parle vraiment, il n’y a plus de mort. La voix fraternelle rassemble les mondes, apaise le sommeil des étoiles.

Les noms des écrivains disparus sont des gongs. A les prononcer j’entends leur vibration.

De l’air coloré de vert entre par la fenêtre. Le chant d’un merle me réveille. Je m’étais assoupi sans m’en rendre compte. Pour les gens nés après ta mort tu es aussi loin que Louis XIV. Pour les poètes du huitième siècle chinois tu es aussi jeune que l’oiseau du printemps.

La voix d’Anna Akhmatova. Un chagrin d’amour de 1912. L’abandon est ce tremblement de terre que la bête du cœur devine avant qu’il arrive. Un poème est le maximum de sensibilité qu’un homme ou une femme puisse connaître. Un rien de plus et les poumons du langage éclatent, comme ceux des plongeurs qui remontent trop vite du fond de l’océan.»

Ses thèmes de prédilection sont le vide, la nature, l’enfance, les petites choses.

«Tu es tombée du côté de la beauté. Le corps est le vêtement oublié sur la chaise dans la pièce incendiée. Les vitres ont fondu sous la chaleur.

Il faut que la vie nous arrache le cœur , sinon ce n’est pas la vie.»

Christian Bobin
ISBN : 9782072764971
Éditeur : Gallimard (07/06/2018)
6,20 €

L’île LISIBLE – DOMINIQUE MEENS

Autant le dire tout de suite ce livre n’est pas un livre facile. Un méandre de sujets et de genres. Une prose de gloses, de notules, de poétrie picturale… un amas de pensées sérieuses et poétiques écrites en songeant à la mer, en la côtoyant.

Palinodie = Poème dans lequel on rétractait ce qu’on avait dit dans un poème précédent.

Un échauffement préliminaire est nécessaire pour comprendre la première partie, la prose mêle des réflexions sur le signifiant et le signifié, on se promène au grès des skondi et des skeucé , on sent la marée de la mer ( « nous y sommes nous reprenons le travail sur la plage, nous revenons aux travaux de la vague « ) et tout devient lisible pour celui qui voit l’île d’Oléron au loin. S’entremêle les témoignages de la plage de l’île. Témoignages Photographiques. Baudelaire tout comme Brahms sont également là tout prêt : pluviôse, ventôse. Ils forment les pièces maîtresses de ce jeux des mots.

Le livre est une recherche sur le signifiant dans la nature. Sur ce qui reste et ce qui s’efface. Sur ce qui se lit et se délit.

La deuxième partie est clairement de la poésie formelle, elle est intitulé « Sabotage théâtre », il s’agit plus précisément d’un long poème sur Prométhée. On fait des cercles autour de la notion de solitude. Un discours s’établit entre la Terre et Prométhée, puis se poursuit avec l’entrée de furies, d’échos , de Mercure, d’Ione, de Panthée. Nous sommes dès lors proche du lyrisme antique qui se prête au sujet, parfois, on distinguera les liens au théâtre avec des didascalies.

PROMETHEE

Roi des dieux des démons de tout esprit 
un seul excepté tel qu'ils sont en foule
dans ces mondes qui tournoient lumineux
que toi et moi seuls parmi les vivants
tenons sous des yeux que jamais ne cillent
observe cette terre devenue
multitude celle de tes esclaves
dont tu solde les agenouillements
prières louanges travaux et peines
et ces hécatombes de cœurs brisés
crainte mépris de soi vide espérance
quand moi qui suis ton ennemi aveugle
dans la haine je te fait triompher
et régner tu t'en moques sur mon propre malheur
malheur ta stupide et vaine vengeance
trois cent années sans l'abri du soleil

Éditions POL
novembre 2018
304 pages, 22 €
ISBN :978-2-8180-4351-6

LES RONCES- Cécile COULON

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est xvmd3434136-e998-11e8-9d7f-b1be9502c5c0.jpg

La poésie de Cécile Coulon quant à elle est une poésie de l’enfance, du quotidien, de celles qui rappelle les failles et les lumières de chacun. Plutôt connue en tant que romancière (Trois saisons d’orage paru aux éditions Points), cette jeune auteure de 29 ans a commencé à publier sur internet ses poèmes avant de les rassembler dans un livre.

Son recueil Les ronces est paru au Castor Astral qui le présente ainsi :

«Les ronces convoquent le souvenir de mollets griffés, de vêtements déchirés, mais aussi des mûres, qu’on cueille avec ses parents dans la lumière d’une fin de journée d’été, alors que la rentrée scolaire, littéraire, approche.
Entre les caresses et les crocs, Les Ronces de Cécile Coulon nous tendent la main pour nous emmener balader du côté de chez Raymond Carver. Sur ces chemins, elle croise des vendeurs de pantoufles, des chiens longilignes, un inconnu qui offre une portion de frites parce qu’il reconnaît une romancière…
Le livre a reçu le Prix Apollinaire 2018 et le Prix Révélation poésie de la SGDL 2018.»
Ses poèmes narratifs sont de forme plus longue, ils nous racontent une histoire, comme une scène de cinéma :

LES HERBES SAUVAGES

Dans les herbes sauvages où nous avons dormi
jusqu’à ce que la brûlure de l’été
réduise ma lourde chevelure à la couleur des foins,
à la sècheresse des pailles,
aux tiges nouées comme des racines sur la tête des prodiges qui vont
bientôt
tomber,
dans les forêts millénaires qui protègent longtemps les natifs,
enroulés dans les branches, pendus aux lèvres des sapins
qu’agitaient en automne des vents moins furieux
que les gestes d’une main secouée de désir s’avançant
timidement

C’est une poésie qui se prête à la lecture à voix haute parce qu’on y entend clairement une musique.

Pour tous ceux qui ont du mal à lire de la poésie, je conseille la lecture de ces deux poètes contemporains d’âge et d’univers différents mais que j’ai eu le plaisir de lire et de relire par petites touches.

«et lorsqu’il m’arrive de croire que tout espoir fut porté en vain, je repense à ces mots, à la vie qui recommence dans chacune de leurs syllabes :
«Tout va bien et tout ira bien.» (extrait de TOUT VA BIEN)

Cécile Coulon
9791027801695
Editeur : Le Castor Astral (16/05/2018)
15€

Bon printemps des poètes !