La race des orphelins – Oscar Lalo

« La seule race que les S.S. aient créée est la race des orphelins. »

Bouleversant : voici l’adjectif que je choisirai pour décrire en un mot le deuxième roman d’Oscar Lalo.

A 76 ans, Hildegarde Muller décide à l’aide d’un scripte, de rédiger le journal de sa vie. Issue du Lebensborn program (maternité gérée par les S.S. dont le but était d’accélérer la création et le développement d’une race aryenne dominante), elle porte en elle une grande honte : celle d’être née d’un père S.S., ainsi qu’une grande culpabilité : combien d’enfants ont été exécuté pour la sauver elle, choisie pour représenter la race aryenne?

 A travers ce journal plein de poésie Hildegarde tente de trouver les mots pour reconstituer son histoire et la transmettre à ses lecteurs. Elle qui n’est même pas certaine de son identité, de son âge, de son nom a dû, sa vie durant, assumer le passé si lourd de ses géniteurs, parfois même accusée des actes de ces-derniers.

Lire ce livre c’est lire l’histoire de tant d’orphelins qui luttent pour leur statut de victime. Lire ce livre c’est redonner vie à ces trop nombreux enfants, souvent oubliés. Lire ce livre, c’est accepter d’être bouleversé par la force des mots.

La race des orphelins, Oscar Lalo, ed. Belfond, 2020, 266 pages.

Victoria.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s