Jade

Image Jade

Jade nous vient de Savoie et nous pourrions bien la retrouver demain en Allemagne tant elle aime ce pays et sa langue. Poussée par cette passion qui lui vient de son enfance, à dix ans elle décide qu’elle travaillera et vivra là-bas, et par celle de la littérature, elle se lance dans une licence d’Allemand pour travailler en école primaire bilingue après un bac L franco-allemand. Mais la traversée de la formation ne se fait pas sans encombre et elle se rend compte que ce qu’elle y apprécie le plus sont les moments autours des livres ; cette expérience lui permettra de retrouver sa voie. Adorant la littérature, les beaux mots, la poésie et une certaine qualité de langage, comme en témoigne son portrait chinois, elle se tourne alors vers la licence professionnelle, confortée dans son choix d’avenir par une lecture effectuée en décembre 2017. Pleine d’entrain elle n’a qu’une hâte : vivre de sa passion au quotidien sur le terrain !

Si j’étais un écrivain : Victor Hugo pour la beauté de sa langue et l’œuvre immense qu’il nous a laissé.

Si j’étais un roman : La librairie de la place aux herbes, Eric de Kermel car ce livre, peu connu certes, mais découvert en décembre 2017 m’a confortée dans l’idée d’être libraire.

Si j’étais un album : Le petit arbre qui voulait devenir un nuage, Agnès Ledig et Frédéric Pillot car c’est un album entièrement écrit en alexandrin qui fait rêver et parle d’amitié.

Le livre que j’aimerais relire : Le dernier hiver, Jean-Luc Marcastel car c’est le livre qui m’a le plus marqué durant mon adolescence, un futur angoissant et glacial où l’humanité cherche à survivre malgré tout.

Le livre qu’il faudrait mettre dans ma tombe : Jade et les sacrés mystères de la vie, François Garagnon car ce livre est ma bible et que je l’ai presque toujours avec moi. Un livre qui nous aide à comprendre le sens de la vie !

Si j’étais un signe de ponctuation : Le point d’exclamation car c’est le signe qui exprime le plus d’émotions à mon goût et permet de rendre un texte vivant.

Si j’étais un recueil de poésie : Poèmes du petit matin, Claude Haller car ces poèmes sont lumineux et donnent le sourire.

Si j’étais une langue : L’allemand, naturellement ! Cette langue est pour moi poétique et belle quoiqu’en dise les autres.

Si j’étais une citation :  « Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe. » (Journal, 1887/1910, Jules Renard) , tout simplement parce que cette phrase est véritable.

 

Portrait écrit par Clémence

Publicités