Juliette

Pendant mon adolescence, j’ai longtemps cherché le métier qui me conviendrait le mieux, et j’ai changé d’avis à de nombreuses reprises. Alors, après plusieurs abandons de projet professionnel, puis deux années d’étude de littérature chaotiques mais réussies à la faculté de Rennes 2, je me suis enfin dirigée vers ma plus grande passion depuis la grande section: la lecture. Et comme on ne peut (pas vraiment) être payée uniquement pour lire des livres, j’ai choisi de devenir libraire pour passer quand même une grande partie de mon temps professionnel au milieu d’entre eux. Aujourd’hui, mes préférences se dirigent essentiellement vers la bande-dessinée et le polar, deux genres dont je ne peux me passer depuis ma (re)découverte de ceux-ci au CDI du lycée où j’étudiais!

Si j’étais un écrivain, je serais : Laurent Gounelle, un auteur sociologue qui a révolutionné ma vision du monde

Si j’étais un roman, je serais : « Les hommes qui n’aimaient pas les femmes », de Stieg Larsson, parce que ce thriller me fascine encore, 5 ans après ma première lecture de celui-ci

Si j’étais un album, je serais : « Princesses oubliées ou inconnues », de Philippe Lechermeier et Rebecca Dautremer, pour les premières princesses qui ont su me faire rêver

Si j’étais une bande dessinée, je serais : « Un océan d’amour », de Wilfrid Lupano et Gregory Panaccione, une ode à l’amour, à la Bretagne, et aux aventures farfelues !

Si j’étais une pièce de théâtre, je serais : « Les Justes », d’Albert Camus, une pièce de théâtre qui remet en question les idéaux pour lesquelles les gens vivent et ou se trouvent les limites dans un combat pour ses convictions

Si j’étais un signe de ponctuation, je serais : un point-virgule, parce qu’il ne marque pas la fin d’une phrase mais amorce le développement de l’idée première…

Le meilleur titre de livre : Le livre sans nom, point final.

Le livre que j’aimerais relire : « E-den », de Mickael Ollivier, un roman qui a marqué mon adolescence par sa justesse dans l’écriture

Le livre avec lequel j’aimerais être enterrée : « Les rillettes de Proust », de Thierry Maugenest, qui restera à mes yeux le plus drôle des romans dédiés à la littérature classique !

La librairie dans laquelle j’aimerais dormir : La librairie « M’enfin?! », située à Rennes, pour ses escaliers en colimaçon et ses étagères pleines à craquer

Publicités