Marie

ZJQFZ77i_hrqGRVZLiCKqV4raaFcmDtIU1UuFdbd0o78eId3W9dK7GyQw8fX0gbRpqMxjjcADzgf2xg-XyfEfhd2QWXJSaIUZx5Q3__XPajUfieDPbKvasIBi-LjQlp9CejRZjZb

Marie est originaire de Chartes, dans la célèbre « Capitale de la lumière et du parfum ». Elle a une grande passion pour les livres et devenir libraire était pour elle un rêve d’enfant. Mais pensant ce rêve impossible, elle a fait une Licence de Mathématiques Appliquées à Besançon.. Et puis, un beau jour, alors qu’elle était toujours dans son cursus, elle a découvert l’existence de la Licence professionnelle Métiers du Livre à Mulhouse. Et là, ce fut une révélation, une porte s’ouvrant sur un monde de tous les possibles : son rêve d’enfant était accessible. Et non seulement il l’était, mais aussi, elle allait saisir sa chance à bras le corps pour faire de son rêve une réalité, prouvant ainsi aux sceptiques que la réorientation n’est pas un mythe. Et c’est ainsi qu’elle est arrivée parmi d’autres songeurs animés par les mêmes passions dans le coeur et les mêmes espoirs dans l’esprit.


Si j’étais…

Si j’étais un siècle ? IIe siècle après J.-C.

Si j’étais un pays ? L’Islande ou l’Écosse.

Si j’étais un art ? La musique.

Si j’étais un manga ? Radiant, de Tony Valente.

Si j’étais une pièce de théâtre ? Andromaque, de Racine.

Si j’étais une langue ? Le russe.

Si j’étais un mouvement ? Le symbolisme ou le surréalisme.

Si j’étais une bande-dessinée ? Bergères guerrières, d’Amélie Fléchais.

Si j’étais un prix littéraire ? Le prix des imaginales.

Si j’étais un signe de ponctuation ? Les points de suspensions.

Si j’étais un poème ? « Fêtes galantes », de Paul Verlaine.

Si j’étais une librairie ? La librairie Passerelle à Dole. 

Si j’étais un rayon de librairie ? Le rayon de l’imaginaire.

Si j’étais un auteur ? Pierre Bottero.

Si j’étais dans un livre ? La bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald.

Si j’étais un mot ? La curiosité.

Si j’étais un personnage de fiction ? Sherlock Holmes.

Si j’étais un méchant de la littérature ? Fantomas du roman du même nom, de Pierre Souvestre et Marcel Allain.

Portrait fait par Sarah Charles.