Sarah

21705591596_ed52cc5a34_b

Sarah est native de la région alsacienne, y a grandi et y fait encore aujourd’hui ses études. Mais si l’on remonte dans ses origines, on y découvre une grande variété : une famille qui vient des quatre coins de la France (entre le Nord, la Marne ou encore les Vosges), et même de l’étranger (Suisse, Italie, Royaume-Uni) ; certaines de ses origines remontent même jusqu’au début du XXème siècle. 

Partie dans une licence de lettres modernes après un Bac Littéraire, sans vraiment trop savoir quoi faire ensuite, c’est lorsqu’on lui a présenté la Licence Professionnelle – Métiers du livre que cela est devenu, pour elle, une évidence. Sarah voulait transmettre aux autres sa passion de la lecture : comprenant cela, elle s’est accrochée pour entrer dans la licence et ainsi, atteindre ses objectifs.


Si j’étais un siècle ? Le Ve siècle av. J.-C.

Si j’étais un pays ? L’Écosse ou la Nouvelle-Zélande.

Si j’étais un art ? La musique ou le dessin.

Si j’étais un manga ? Naruto, Masashi Kishimoto.

Si j’étais une pièce de théâtre ? Andromaque, Racine.

Si j’étais une langue ? Le japonais.

Si j’étais un mouvement ? Le Romantisme.

Si j’étais une bande-dessinée ? Elfes, Jean-Luc Istin et Nicolas Jarry.

Si j’étais un prix littéraire ? Le Grand Prix de l’Imaginaire.

Si j’étais un signe de ponctuation ? Le point virgule.

Si j’étais un poème ? « Après deux ans », Paul Verlaine.

Si j’étais une librairie ? La Librairie Lello à Porto (Portugal)

Si j’étais un rayon de librairie ? Le rayon du manga ou celui de l’heroic-fantasy.

Si j’étais un auteur ? J.K. Rowling ou Gustave Flaubert.

Si j’étais dans un livre ? L’ami vers qui le héros se tournerait en cas de problèmes.

Si j’étais un mot ? Songe.

Si j’étais un personnage de fiction ? Eona de la duologie Eon et le douzième dragon / Eona et le collier des dieux, Alison Goodman.

Si j’étais un méchant de la littérature ? Voldemort de la saga Harry Potter.

Portrait fait par Marie Pitot.

Publicités