Noms d’oiseaux ! d’Isabelle Simler : découvrir des espèces d’oiseaux diverses et variées en s’amusant

IMG_20181128_133503.jpgIMG_20181128_133425.jpg

Diplômée de l’école des Arts populaires de Strasbourg, Isabelle Simler se consacre depuis 2012 principalement à la littérature jeunesse après avoir travaillé dans l’Animation en tant que réalisatrice, scénariste et illustratrice. Aujourd’hui, je vous présente son nouvel ouvrage à la fois bande-dessinée et documentaire qui se compose de trois parties à lire indépendamment. Bienvenue dans un monde peuplé d’oiseaux. Lire la suite

Publicités

Laissez-vous emballer par La Valise !

« Le Dux a ordonné la traque des briseurs de murs, les Ombres sont partout et la Vigie quadrille la Cité. La Passeuse et sa valise sont notre seule issue. »

Couverture.JPG
La Valise, publiée en janvier dernier aux Éditions AKILÉOS, est l’œuvre de trois jeunes auteurs français très prometteurs à savoir Gabriel Amalric, Morganne Schmitt Giordano et Diane Ranville.

I. Le mur est notre bouclier :

IMG_3147
Page 26 : Archibald Léonard, Dux de la Cité.

Le mal connu sous le nom de Grand Fléau a pu être vaincu par l’érection d’un mur ceinturant la Cité. Ayant finalement prélevée son tribut après des centaines de milliers de morts, l’épidémie s’est éteinte. Mais celui que l’on nomme dorénavant le Dux tient entre ses mains la Cité et l’ensemble de ses habitants. Appuyé par des lois oppressives et une police secrète impitoyable, Archibald Léonard semble bien décidé à ne pas cèder une once de son pouvoir. La ville est ainsi devenue un microcosme tyrannique dont personne ne sort et où toute voix discordante est vouée à disparaitre manu militari. Dans cette situation la lutte des briseurs de murs de l’Extra-Muros semble vouée à l’échec, cependant c’était sans compter sur la Passeuse et de sa mystérieuse valise…

Pages 8 et 9.jpg
Pages  8 et 9 : La Valise de Cléophée semble refermer de biens prodigieux secrets.

Lire la suite

Les Filles de Salem – Comment nous avons condamné nos enfants…

1ère couverture filles de salem.jpg

SalemLes fameuses sorcières… Cela vous parle ? Ça tombe bien, moi aussi !

Un thème marquant l’Histoire. Un procès long, mystérieux et morbide. Des revisites par dizaine au cinéma et en littérature. La version de Thomas Gilbert (connu pour Bjorn le Morphir), fin septembre dernier. Une ode au féminisme dessinée à merveille.

Mes envies de lectrice affamée ont jeté leur dévolu sur ce titre : oh lui, il faut absolument que je le lise ! Vous connaissez j’imagine. Mais… Première réflexion : Les filles de Salem… Où sont donc les sorcières ? Et si c’était leurs voix dont la parole leur a toujours été arrachée qui racontaient cette histoire ? Vous entendez ? Écoutez… :

« Je me nomme Abigail Hobbs. J’ai quatorze ans. J’habite avec mes parents à Salem Village. J’ai vécu une enfance heureuse, à l’abri des soucis. Oui, pas le moindre nuage à l’horizon. Puis il y eut ce jour fatidique. J’étais dans ma treizième année. Je m’en souviens précisément… Le jour où tout a commencé… » (résumé en quatrième de couverture)

Vous vous plongerez, en premier plan, au sein d’une petite colonie anglaise puritaine sur les côtes du Massachusetts, au XVIIème siècle. Puis, en second plan, dans le quotidien d’une adolescente, vivant ses premiers moments sombres. Une descente en enfers qui commence avec un âne en bois offert par Peter, un ami d’enfance. Rien d’alarmant me direz-vous ? Et pourtant.

cof
Page 6 : Peter donnant un âne en bois à Abigail.

Les facteurs d’une équation loin d’être positive :

Naïveté ! Abigail, jeune fille joyeuse, accepte le petit âne en bois. Elle n’aurait pas dû et découvre alors les règles des femmes de la communauté. C’est le choc. A partir de maintenant, elle n’est plus une enfant mais une femme et commencera alors une vie d’évitement, de soumission et de discrétion la plus totale.

Espoir ! Son amitié avec Betty, leurs discussions clandestines avec Tituba et sa rencontre avec un Indien au visage noir duquel elle s’entiche doucement, permettra d’apporter un peu de douceur et un goût de liberté à son âcre quotidien.

cof
Révérend Parris

Malheur ! Voici le moment du « mais », car il y en a toujours un. Il prend ici la forme d’un homme de pouvoir. Le révérend Parris, cherchant à tout prix la richesse et le respect, utilisera des sermons moralisateurs et marqués d’amertume. Liguant les habitants de Salem contre celles qui ont osé se mettre en travers de son chemin.

 

Fatalité ! Une famine s’abat sur le village. Le prétexte en or… Il faut trouver un coupable (définition même du puritanisme, l’idée de « purification ») quel que soit son visage : une rousse catholique, un chien noir, un Indien. La peur du « démon » rend démoniaque, l’auteur nous le prouve admirablement avec une noirceur expressive.

Un dénouement piégeant personnages et lecteur : 

La folie collective est à son paroxysme lorsque Peter, seul témoin du rapprochement entre Abigail et l’Indien, rapporte tout au pasteur. Un ressenti et une envie de vengeance qui feront d’Abigail une coupable parfaite.

Commence alors une « enquête » suivie de l’emprisonnement de dizaines de femmes innocentes… Ou alors coupables d’avoir voulu vivre libres et heureuses. Leur sort est déjà scellé, pourtant en elles l’espoir subsiste…

cof
Œil apeuré d’un personnage principal 

Il est rapide et facile de liguer une majorité contre une minorité. Une vérité qui fait écho à notre société actuelle, effrayant, n’est-ce pas ?

Souffle repris pour se remettre de ses émotions :

On ressort du procès muet, ému, les tripes tordues. Le thème est fort et les dessins atypiques. Ils suivent, avec une grande justesse, la transformation démoniaque du village. Joyeux et enfantin, le graphisme nous plonge page par page dans un gris assombrissant les cases. Des cases sûrement moins sombres que les cœurs des personnages.

Au service de l’histoire, le dessin nous rend témoin d’une spirale destructrice; violent et magnifique, il nous crache à la figure des vérités sur la nature humaine.

Aucune sorcellerie, aucune magie, juste de l’obscurantisme et du fanatisme religieux faisant des victimes. Des martyres condamnées à tort, exemple même que le rigorisme et l’austérité extrême n’ont pour limite que la mort (du corps et de l’esprit).

Déroutée… Fascinée… J’ai posé à plusieurs reprises le livre, ce que je fais pour me remettre de certaines émotions, pour avaler la nouvelle. Pari réussi pour l’auteur alors que j’attendais beaucoup du sujet !

En quelques mots…

One-shot dérangeant par le graphisme et interrogeant par le récit, c’est un chef-d’œuvre horrifique comme je les aime…

Merci à l’artiste, à qui je pourrais le dire de vive voix au Salon du Livre de Colmar, les 24 et 25 novembre prochains.

Sandy

Les filles de Salem, Thomas Gilbert, éditions Dargaud, 200 pages, septembre 2018, disponible en librairie, 22 euros.


 

Crapule – Jean-Luc Deglin – Editions Dupuis

 

DSC_0410

Encore une histoire de chat ? Toujours un minou aux grands yeux qui fera craquer tous les lecteurs ? De nouveau une héroïne qui fait mille et une papouilles à une boule de poils ronronnant dont elle est raide dingue ? Encore et toujours un énième ouvrage faisant l’éloge des qualités de ces petits félins ?

Je vous arrête tout de suite, Crapule est loin de cette image idéalisée du chat. Bien au contraire, Crapule est un avertissement pour toute personne envisageant d’adopter un être aux apparences si mignonnes et pourtant cachant un véritable monstre ! Et si vous vivez déjà avec l’une de ces petites crapules, la lecture de cette bande-dessinée vous est vivement recommandée ! Lire la suite