La duologie d’Alison Goodman qui me marqua : les aventures d’Eona

L’histoire se déroule au cœur d’une mythologie mi-japonaise mi-chinoise, le tout dans un univers fantastique. Elle commence la veille d’une grande cérémonie traditionnelle au cours de laquelle les Yeux de dragons, guerriers choisis par un dragon pour protéger l’Empire, devront choisir leur nouveau disciple. Cet événement ne concerne que les hommes, les femmes y étant interdites parce que considérées comme inférieures. Pourtant, le jeune Eon n’est pas ce que lui et son maître prétendent : son prénom est Eona et il s’agit d’une jeune femme de seize ans aux problèmes de santé. Surnommée « l’estropié », c’est contre toute attente qu’elle va être choisie par le Dragon Miroir lors de la cérémonie, dragon qui ne s’était pas manifesté depuis fort longtemps. Commence alors pour Eona une aventure où s’entrecroisent l’amitié et la trahison, l’amour et la mort.

Lire la suite

Publicités

Laissez-vous emballer par La Valise !

« Le Dux a ordonné la traque des briseurs de murs, les Ombres sont partout et la Vigie quadrille la Cité. La Passeuse et sa valise sont notre seule issue. »

Couverture.JPG
La Valise, publiée en janvier dernier aux Éditions AKILÉOS, est l’œuvre de trois jeunes auteurs français très prometteurs à savoir Gabriel Amalric, Morganne Schmitt Giordano et Diane Ranville.

I. Le mur est notre bouclier :

IMG_3147
Page 26 : Archibald Léonard, Dux de la Cité.

Le mal connu sous le nom de Grand Fléau a pu être vaincu par l’érection d’un mur ceinturant la Cité. Ayant finalement prélevée son tribut après des centaines de milliers de morts, l’épidémie s’est éteinte. Mais celui que l’on nomme dorénavant le Dux tient entre ses mains la Cité et l’ensemble de ses habitants. Appuyé par des lois oppressives et une police secrète impitoyable, Archibald Léonard semble bien décidé à ne pas cèder une once de son pouvoir. La ville est ainsi devenue un microcosme tyrannique dont personne ne sort et où toute voix discordante est vouée à disparaitre manu militari. Dans cette situation la lutte des briseurs de murs de l’Extra-Muros semble vouée à l’échec, cependant c’était sans compter sur la Passeuse et de sa mystérieuse valise…

Pages 8 et 9.jpg
Pages  8 et 9 : La Valise de Cléophée semble refermer de biens prodigieux secrets.

Lire la suite

La Nuit des masques

« Welcome to my house ! Enter freely. Go safely, and leave something of the happiness you bring. »

Count Dracula to Jonathan Harker, in Bram Stoker’s Dracula published in 1897
ouverture-article
Tombes et monuments funéraires de la seconde moitié du XIXème et de la première moitié du XXème siècle au cimetière municipal de Sarreguemines (Moselle)

                Vous n’avez pas encore remarqué ? Non ? Malgré les arbres ayant pris leur ravissantes teintes ignées et l’astre flamboyant qui se meure un peu plus de jour en jour à chaque fin d’après-midi ; en prélude à son immortelle victoire au solstice. Néanmoins ne brûlons pas les étapes, une autre que moi se chargera d’en faire l’éloge et ce n’est pas la raison de ma présence ici.

En cette heure la brume se lève depuis les berges, dans les lueurs mourantes du jour, et envahit la campagne. Tandis que Séléné se lève perçant de son halo blafard les fins nuages grisâtres venus augurer l’approche de l’hiver, pendant que le vent balaie les feuilles le long des routes et des chemins sous le ciel brisé. Octobre arrive à son terme et, avant le froid de novembre, plante le décor pour le moment où le temps de l’autre monde va brièvement se confondre avec le nôtre au cours de quelques journées mais surtout après le crépuscule.

À l’occasion de ces nuits de Samhain ou l’irréel fantasmatique et délétère côtoie notre morne et petite réalité, laissez-moi vous entraîner au creux des frondaisons tombantes et sous la pâleur verdâtre de la lune pour une promenade nocturne entre les tombes. Je vous sens inquiets. Un problème ? On dirait que je vous fais peur tout à coup… Cependant rassurez-vous ! Tant que vous suivrez ma providentielle lanterne je vous promets que vous ne vous perdrez pas dans les ténèbres et le brouillard. Enfin quoique… mais libre à vous de rebrousser chemin et de repartir par où vous êtes venus ! Non ? bon très bien…

ouvrages-11
En cette occasion découvrez un roman, une novella, deux anthologies de nouvelles, un catalogue d’exposition, un beau-livre et trois bandes-dessinées !

Lire la suite

Alive, Scott Sigler, édition Lumen, 2016

alive

Em se réveille dans les ténèbres, seule, entravée dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. Elle sait que c’est le jour de son anniversaire mais… c’est tout. Elle ne se rappelle ni son nom, ni ce qu’elle a fait la veille, ni le visage de ses parents. Elle n’y comprend absolument rien. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont encore en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage.

La jeune fille prend la tête du petit groupe d’adolescents – qui pensent tous avoir douze ans, mais qui en paraissent plutôt dix-sept – et découvre un labyrinthe de couloirs poussiéreux, constellés par endroits d’ossements. Se trouvent-ils sous terre ? Y a-t-il d’autres survivants ? Comment trouver eau et nourriture ? Et surtout : qui sont-ils, quels sont ces étranges symboles qui marquent leur front, comment se sont-ils donc retrouvés là ?

Marion

VAMPIRES DE SORCELLERIE DE LIA VILORË, EDITIONS DU PETIT CAVEAU, 2016

9782373420265-575x800

Lía Fáil est de retour! On l’avait quitté innocentée du meurtre de son Maître et une nouvelle vie s’offrait à elle. Dans ce tome, un an s’est écoulé et Lía occupe la place de Maîtresse de son Convent. Son partenaire Amaël Ailill est toujours à ses côtés pour veiller sur elle. Ils sont confrontés à une série de meurtres et le tueur, nommé « Le Vampire », est insaisissable. Lía se lance à sa poursuite car l’assassin met également en danger les vampires. Ces meurtres attirent l’attention des Van Helsing, chasseurs de vampires, donc Lía et ses amis doivent être prudents. Malgré les précautions, Lía disparaît et c’est Amaël qui part à sa recherche…

Quel bonheur de retrouver les personnages de Lía VILORË! Vampires de Sorcellerie est la suite de Vampires d’une nuit de printemps. J’attendais cette suite avec impatience et je ne suis pas déçue. L’action s’enchaîne rapidement pour nous mener dans une enquête policière comme dans le premier tome. Toutefois, on apprend plus sur le passé des personnages ce qui leur donne une profondeur et on comprend mieux leurs sentiments. On s’attache encore plus à eux et on n’a pas envie de les lâcher. Le point de vue du livre a changé: c’est Amaël qui parle. Ceci permet de voir les pensées du partenaire de l’héroïne et de découvrir une autre facette de ce personnage. Qu’on se rassure : Lía, qui possède toujours son humour mordant, parle dans certains chapitres. Des nouveaux personnages apparaissent et enrichissent l’intrigue. 

L’auteure nous offre un bonus à la fin du livre : une nouvelle La Toile de Liadan, issue de l’anthologie Dames de lune, Fées des brumes aux éditions du Chat noir. Une histoire passionnante (mais trop courte) et différente de Vampires de Sorcellerie. L’auteure nous entraîne dans un voyage peuplé de légendes irlandaises et une belle histoire d’amour y voit le jour.  

Cynthia